Années 90

Premier long métrage du réalisateur Djamel Bensalah, « Le Ciel, les Oiseaux et… ta mère ! » est une comédie estampillée « 100% Seine-St-Denis ». Malgré des critiques négatives, le film marque cependant un tournant dans le genre des films de banlieue. Contrairement à ses prédécesseurs, « La Haine », « Ma 6-té va crack-er », « Etats des lieux » ou encore « Assassins », le film de Djamel Bensalah opte résolument pour l’humour. En pleine vague « Black-Blanc-Beur » post-mondial, le film souhaite rompre avec l’image sombre des cités et ces clichés.
Selon le producteur du film, ce souci du réalisateur sort, à l’époque de l’ordinaire. « Lorsque Djamel Bensalah est venu aux bureaux de notre société, Orly Films, on a tout de suite été marqué par son discours. Il en avait assez de voir la jeunesse de banlieue représentée de façon négative au cinéma et voulait prouver que celle-ci avait les mêmes préoccupations et les mêmes envies que les jeunes de Neuilly-sur-Seine ou autres quartiers aisés ». (Source : Slate)

Synopsis :

Youssef, Stéphane, Christophe et Mike sont amis depuis leur plus jeune âge. Nés en Seine-Saint Denis, de parents modestes, ils vivent dans le même quartier depuis toujours. Ensemble, ils ont fréquenté les mêmes écoles, fait les 400 coups, connu leurs premiers flirts. Ils ont entre 18 et 20 ans et partent un mois à Biarritz, en vacances pour la première fois, grâce au concours vidéo qu’ils ont gagné. Au cours de ce séjour à Biarritz, ils sont confrontés à un monde qu’ils ne connaissent pas, se promettant fous rires, délires, drague et farniente. (Source : Unifrance)